[SERVICE PRESSE]

Sentez-vous l’air caressé votre joue et l’eau lécher vos chevilles ? Entendez-vous l’herbe ployer sous les caresses du vent ? Quand l’eau rencontre l’air et le feu, rien ne peut l’arrêter. Découvrez Un Brasier d’Eau et de Vent de Marine Kelada. Quand les légendes deviennent réalité.

Je remercie l’auteure pour sa confiance et de m’avoir permis de découvrir son nouveau roman.


> Genre : Fantasy

> Sous-genre : Urban fantasy (Sous-genre de la fantasy, dans lequel des êtres différents vivent et se mélangent parmi les simples communs des mortels. L’histoire se passe dans une ou plusieurs villes. Ces êtres dotés de capacités hors normes sont regroupés dans des organisations ou groupes secrets).

> Résumé 

La mer aussi belle que cruelle lui a tout prix, ses espérances, ses baignades secrètes sous la lune, son frère… Comment cela a-t-il pu arriver ? Pourquoi la mer, sa douce et tendre confidente, l’a-t-elle trahi et laissé en elle un vide immense ?

Myra n’est plus que l’ombre d’elle-même. Par sa faute, elle a perdu son frère, par sa faute, elle s’est réfugiée dans un mutisme profond. Alors que tout espoir de retrouver une vie normale semble éteint, une rencontre va bouleverser son destin.

Que cache cet être semblant sortir tout droit d’un rêve ? Quels secrets dissimulent-ils ?

Tout les oppose, tout les rapproche.

Sans le savoir Myra vient d’entrer dans une histoire vieille de plusieurs siècles…


Marine Kelada a su rester fidèle à elle-même en nous proposant un roman tout aussi addictif que les précédents. L’auteure arrive sans difficulté à nous happer dans ses univers faits de mythes et de légendes.

Déjà abordé dans L’Héritage d’Arachné, le thème du deuil reste un des éléments presque incontournable dans les récits de l’auteure. Néanmoins, à la différence de son premier roman, il semble prendre une dimension plus importante. Le sujet est montré sous toutes ses formes. De quelle manière pouvons-nous nous relever d’une si dure épreuve ? Comment affronter ce sentiment grandissant de culpabilité lorsque nous sommes la cause du décès ? À chaque question, une seule réponse : accepter les mains tendues qui sèment notre parcours et la réalité. La présence des autres est essentielle pour se reconstruire. Malheureusement, le rejet est très souvent inévitable pour différentes raisons. À travers son récit, nous constatons que l’acceptation est un aspect essentiel et primordial pour retrouver le bonheur.

Sans surprise, Marine Kelada nous propose une excellente réinterprétation de la mythologie et des légendes célèbres. Après la mythologie galloise, nous sommes plongés dans la mythologie grecque. Il est d’autant plus intéressant qu’à la différence des volumes précédents, plusieurs mythes s’entrelacent pour former une seule et même histoire.

Également, nous retrouvons la signature de l’auteure en nous proposant à nouveau une histoire d’amour surnaturelle. La romance est bien menée mais ressemble à une certaine mesure aux couples découverts dans les livres précédents.

Autre point très intéressant, l’auteure nous glisse avec subtilité des sujets de société tels que l’écologie. Cet aspect est plutôt surprenant de la part de l’écrivain n’ayant jamais mis en évidence ses opinions sur les questions de ce type.

Au-delà des sujets forts tels que le deuil, les messages écologiques ou l’histoire d’amour surnaturelle, Marine Kelada n’oublie pas d’apporter une dose de suspens et de révélations. Afin de créer cet effet, l’écrivain n’a pas recours à une foisonnante d’actions. Les questionnements disséminés au fur et à mesure suffisent à eux-même. À l’instar de Cendres ou L’Héritage d’Arachné, la fin nous apporte son lot de surprises. Aucun indice n’est dissimulé. Elle a beaucoup de talent pour nous attirer sans ménagement dès la première page.

Pour finir

Suspens, additivité, révélations… tous les ingrédients sont réunis pour nous empêcher de reposer le livre avant d’avoir lu la dernière page. Entre des sujets forts tels que le deuil et l’écologie et une histoire d’amour surnaturelle, l’auteure ne nous ménage pas. Un troisième roman amplement réussi dans lequel nous retrouvons avec plaisir la signature de Marine Kelada.


Citation

Amour, amour Adieu, adieu La mer m’emporte Souviens-toi de moi si fier et victorieux Amour, amour, Si loin de toi je m’enfonce Et je sombre dans le noir Souviens-toi, pas de mensonges Amour, amour, adieu Écoute, écoute, j’ai peur, Ne tarde pas, retrouve-moi Amour, amour, Souviens-toi de ton bonheur Quand j’étais là Non, non, ne retiens pas tes pleurs Amour, amour N’oublie pas nos regards Quand j’ai pris l’large, Souviens-toi, ce n’était qu’un au-revoir Amour, amour, adieu Écoute, écoute, j’ai peur, Ne tarde pas, rejoins-moi Amour, amour, adieu, Écoute, écoute, j’ai peur, Ne tarde pas, retrouve-moi Amour, amour, Souviens-toi de nos baisers Au milieu des ouragans C’est toi seule qui m’apaisais Amour, amour, Adieu, adieu Amour, amour, Ma voix meurt Amour, amour, C’est mon dernier aveu Adieu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s