N’écoute que moi, oui écoute ta mère

Nous sommes dans un monde amer

N’écoute que moi, et vient découvrir ce livre

De Serena Valentino

Une très bonne lecture.


> Genre : Adaptation de Conte

Bien que les romans de cette série fussent publiés sans un ordre particulier, les livres ont un sens de lecture que l’on peut décider de respecter ou non. Si vous ne les avez pas encore lus, je vous conseille de les découvrir dans l’ordre afin de comprendre plus facilement certaines mentions ou aspects de l’histoire. De plus, certaines révélations ou surprises auront plus d’impacts et vous n’aurez pas un sentiment de frustration à l’idée de connaître déjà des éléments clés.

Tome I : Miroir Miroir

Tome II : L’Histoire de la Bête

Tome III : Pauvre âme en perdition

Tome IV : Maîtresse de tous les Maux

Tome V : N’écoute que Moi

Tome VI : Les Étranges Sœurs

Résumé

Il était une fois, dans la forêt des morts, trois sœurs qui vivaient entourées de tombes les plus lugubres les unes que les autres. L’une d’entre elles, Gothel, n’avait qu’un souhait en tête : succéder à leur mère et devenir une puissante sorcière. Mais le jour de la cérémonie, rien ne se passe comme prévu entraînant morts et désolations. Alors que tout danger semblait néanmoins écarté, le pire restait finalement à venir…

Détruite à jamais, seule une fleur aux pétales d’or pourra la sauver ou au contraire l’anéantir…

Quand l’immortalité devient le pire des fléaux.


Si le début du roman a eu du mal à me transporter, il n’en reste pas moins intéressant et le plus travaillé sur le passé de nos méchants. Nous en apprenons énormément sur l’enfance de Gothel. Rien ne semble incohérent ou déplacé. Serena Valentino nous propose une histoire originale empreinte d’une atmosphère sombre et inimaginable dans le dessin animé Raiponce (2010).

Après un précédent volume particulièrement réussi nous proposant son lot de révélations et de suspens, nous attendons, il faut l’avouer, à une suite toute aussi prenante avec de nouvelles informations sur les étranges sœurs, mais ce n’est pas le cas. Il faudra attendre l’arrivée impromptue de plusieurs protagonistes pour que le récit reprenne la trame de tous les livres avant lui.

Nous devons reconnaître que cette lecture est moins surprenante. Seul un élément nous retourne littéralement. Toutefois, quel délice de comprendre ou de redécouvrir le pourquoi de telles actions. L’écrivain nous partage des idées vraiment intéressantes. De plus, replonger dans l’histoire de notre petite princesse aux cheveux longs avec un soupçon d’humour est un vrai plaisir.

Les étranges sœurs restent des antagonistes de plus en plus plaisants à connaître et à suivre au fil des récits. Cette ambivalence entre amour et haine, nous permet de nous attacher à des jeunes femmes qu’un conte traditionnel nous aurait conduit à détester. Leur comportement décalé en est aussi pour beaucoup. D’ailleurs, nous pouvons en conclure à travers Circé, que l’on peut aimer une personne même si elle est négative. Voir l’autre tel qu’il est comme il est ne signifie pas détester l’individu mais accepter la vérité sur ses proches. Bien que nous puissions souffrir d’être séparé d’un être cher, il est parfois nécessaire de s’en éloigner s’il est dans l’erreur ou a besoin d’être remis en question. Cela évite des souffrances de part et autre. Nous nous rendons compte qu’aimer passe aussi par des actes douloureux.

Par l’intermédiaire de Gothel, nous abordons le sujet du deuil et les conséquences parfois dévastatrices de la mort de nos proches. Nous prenons conscience que sans l’aide des bonnes personnes, nous n’arrivons pas à nous relever d’une si dure épreuve. Effectivement, les actes de Gothel sont de la pure fiction mais nous pouvons faire un lien avec la vie réelle où nous tentons à travers les objets, les photographies, les souvenirs… à faire vivre à nouveau nos proches en oubliant le plus important. Nous sommes dans le déni ou vivons la vie par procuration, au lieu de profiter de sa propre vie.

Nous constatons également que si nous possédons une part sombre cachée en nous, cette dernière ne demande qu’à s’extérioriser. Elle peut aussi devenir de plus en plus forte et évoluer du mauvais côté en fonction des personnes que l’on rencontre. L’auteure nous montre qu’il est important d’être honnête avec soi-même et les autres pour éviter de souffrir ou de faire souffrir autrui. Le livre parle aussi de l’égoïsme et des conséquences néfastes que cela peut engendrer. Cette série est très intéressante car derrière la fiction se cache des messages forts nous remettant en question.

Pour finir

Entre la folie des étranges sœurs et la face cachée de la vie de Raiponce, nous nous laissons prendre au jeu avec délice. Serena Valentino a su rester fidèle à elle-même en nous proposant des messages forts sur le deuil, l’égoïsme et la part sombre présente en chacun de nous. Un passé davantage mis en avant que pour les précédents volumes et des idées toujours aussi originales et réussies.

Citation

Fleur aux pétales d’or Répands ta magie Inverse le temps Rends-moi ce qu’il m’a pris Guéri les blessures Éloigne la pluie Ce destin impur Rends-moi ce qu’il m’a pris Ce qu’il m’a pris Ce qu’il m’a pris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s